Accueil » Conso & Décroissance » Et s’il suffisait de se tourner vers la nature pour être heureux ?
la nature rend heureux

Et s’il suffisait de se tourner vers la nature pour être heureux ?

par Popstraw
Publié : Mise à jour

Crise économique, terrorisme, crise sanitaire… Ces 20 dernières années, beaucoup des croyances auxquelles les citoyens pouvaient tenir se sont écroulées. Désormais, dans un monde où tout change et ou l’incertitude et l’individualisme font foi, il est grand temps d’adopter une nouvelle vision du monde pour éviter de sombrer.

Dans un monde où tout s’effondre

Autre temps, autre époque, le salariat et le CDI étaient la voie royale pour réussir sa vie ! Un brin d’investissement dans l’immobilier, quelques vacances dans l’année et un minimum d’épanouissement personnel et professionnel étaient au programme. Mais aujourd’hui ? Avec le stress de plus en plus fréquent dans les grandes villes, les statistiques de la dépression toujours en hausse et les récents événements traumatiques auxquels nous faisons face… Qu’en reste-t-il ?

Et bien il semblerait que ce soit le moment propice pour justement changer sa vision du monde. En effet, personne n’ignore que ce système de consommation effrénée est loin de rendre les gens heureux. En tous les cas, c’est toute la démarche qui tente justement d’apporter une méthode simple pour revenir aux fondamentaux.

Un retour à la nature

Le but poursuivi est avant tout de retrouver un juste équilibre dans le monde actuel. Et ce juste équilibre ne signifie pas forcément de consommer moins, mais plutôt, de consommer mieux. Et c’est une maxime à appliquer dans bon nombre de domaines, qu’il s’agisse de son alimentation, ses loisirs ou encore, sa vie quotidienne.

En effet, et plutôt que d’attendre des mesures gouvernementales qui feront forcément sanction, l’idée de « la collapsologie heureuse » permet que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice. Moins de consommation plastique, des produits de qualité plutôt qu’en quantité, un retour à la nature avec des activités manuelles ou du vélo plutôt que les transports en commun… Certes, des habitudes qui nécessitent un effort, mais qui au final, viendront redonner du sens à ce qui semble ne plus en avoir.

Le juste équilibre des forces !

Enfin, il va de soi qu’à l’heure actuelle, c’est souvent le travail qui prime au quotidien. Une réalité vécue surtout dans les grandes villes où les longueurs des trajets en transports en commun ne font qu’accroître ce sentiment de frustration. Voilà pourquoi, il faut élaborer plusieurs méthodes pour venir contrebalancer ce sentiment pénible qui forme le terreau d’un stress insoutenable.

Par exemple, il faut aborder le développement autour de l’activité physique qu’il oppose à l’activité intellectuelle, réaliser également une activité manuelle qui viendra nourrir la création ou encore, du bénévolat pour aller à la rencontre des autres afin de nourrir en soi le sentiment d’être utile, plus que celui d’être utilisé. En bref, un véritable souffle de positivité en ces temps troublés !

Vous aimerez aussi